Choisir son instrument astronomique

Publié le par la maison de l'Astronomie

Bonjour et merci de nous lire.

L'Astronomie vous intéresse et vous souhaitez passer à la pratique. Félicitations ! L'Astronomie est une belle science. Elle est même la mère des sciences ! En tant que futur observateur du ciel, il vous arrivera plus souvent de pratiquer l'Astronomie comme un loisir plus qu'une science. C'est l'un des intérêts de l'Astronomie. Pas la peine d'être doué en mathématiques ou en sciences, votre curiosité et votre pugnacité suffisent à faire de vous un témoin privilégié d'événements du passé.

En effet, l'Astronomie est à la portée de tous. Elle fait partie de la culture scientifique populaire. Elle permet à chacun d'appréhender son environnement, de le comprendre et donc de développer l'esprit d'analyse et de critique nécessaire au développement de la personnalité.

Un peu d'histoire

La maison de l'Astronomie fût, dans les années 60, la première enseigne commerciale à importer du matériel d'observation manufacturé en provenance du Japon. A cette époque, la politique d'éducation nationale japonaise avait pour objectif de faire en sorte que chaque famille soit équipée d'un télescope afin que les citoyens de ce pays soient sensibilisés à l'Astronomie et aux connaissances fondamentales qu'elle comprend. L'Astronomie était, à cette époque, une matière du programme scolaire. Au bout de quelques années, le marché japonais étant arrivé rapidement à saturation, les usines ont dû exporter vers l'occident leur stock de matériel optique pour continuer à perdurer.

A la même époque, en France, il fallait fabriquer soi-même son instrumentation pour pratiquer l'Astronomie. Cela demandait des connaissances techniques certaines qui en décourageaient plus d'un.

Ayant eu vent d'un arrivage au port du Havre de matériel optique en provenance du pays du Soleil levant, la Société Devaux-Chevet (future maison de l'Astronomie) fît l'acquisition de quelques pièces. Pour la première fois, en France, les astronomes amateurs avait la possibilité d'acquérir des télescopes prêt à fonctionner au déballage. Cette initiative prit rapidement la tournure d'un succès commerciale et la Société Devaux-Chevet étoffa rapidement son équipe de spécialistes, des amateurs passionnés et pratiquant l'observation du Ciel.

Au fil des ans, les relations privilégiées qu'entretenait la Société Devaux-Chevet avec ses clients lui permirent de déceler les difficultés que ces derniers pouvaient rencontrer pour faire fonctionner correctement leurs instruments. C'est comme cela que l'idée de proposer des formations techniques à sa clientèle naquit. Depuis cette époque la Société Devaux-Chevet-la maison de l'Astronomie n'a cessé de proposer à sa clientèle des formations sous forme de stages d'une journée ou sous forme de stages pratique sur le terrain.

Depuis toujours, la maison de l'Astronomie s'est entourée de collaborateurs passionnés et pratiquant l'Astronomie ; il ne peut en être autrement et il en sera toujours ainsi !

Quelques notions de base

Pour bien choisir un instrument, il est important d'avoir une idée claire et synthétique de ce qu'il est possible d'observer avec un instrument astronomique.

Oubliez tout ce que vous pouvez lire sur les forums et réseaux sociaux en la matière. D'ailleurs, si vous en avez déjà fait l'expérience, vous avez dû vous rendre compte que vous n'en avez pas tiré grand chose de satisfaisant et que les choses restent floues pour vous. Ceci est normal, car si vous prenez un peu de recule sur tout ce que vous avez pu lire, vous vous rendrez compte que la plupart des avis collectés ne sont pas objectifs et que, finalement, vous ne trouverez jamais les bonnes réponses.

Que peut-on observer dans le Ciel ?

Les astres du système solaire : Soleil, Lune, planètes, comètes, astéroïdes, satellites planétaires.

Les astres hors système solaire : les étoiles simples, les étoiles doubles ou multiples, les nébuleuses, les nébuleuses planétaires, les résidus d'étoiles, les amas stellaires ouverts, les amas stellaires globulaires ou compacts, les galaxies, les groupes de galaxies.

D'où peut-on observer le Ciel ?

Dans l'absolu, de n'importe où. L'important est que le fond du ciel, c'est-à-dire l'espace entre les astres, soit suffisamment sombre pour apporter le contraste nécessaire à l'observation du sujet visé.

Par exemple, on ne voit pas les étoiles le jour (sauf le Soleil) car la luminosité de l'atmosphère est plus importante que la lumière qui nous parvient de des étoiles.

En ville, la lumière diffusée dans l'atmosphère par les ampoules des éclairages publiques rend l'espace entre les étoiles plus lumineux que la lumière provenant des astres les plus faibles. De ce fait, seules les étoiles brillantes, les planètes et la Lune demeurent visibles.

En campagne, le fond du ciel est sombre ; moins lumineux que la lumière en provenance des étoiles. Par conséquent, un très grand nombre d'étoiles est visibles ainsi que les amas d'étoiles, les nébuleuses et les galaxies.

Jusqu'à quelle distance peut-on voir ?

Ce n'est pas un problème de distance, en tout cas, pas pour l'observation au travers des instruments d'amateurs. Un astres peut être très près et invisible car pas suffisamment lumineux pour être détecté facilement. Par exemple, un astéroïde à l'échelle de l'Univers est proche de nous puisqu'il orbite dans le système solaire. Il peut passer près de la Terre sans être détecté car il est petit et réfléchit peu la lumière du Soleil.

Par opposition, la Grande Galaxie d'Andromède est située à plus de 2.2 millions d'années-lumière soit 2 200 000 x 10 000 000 000 000 de km et est visible à l'œil nu en campagne. Ceci est possible car la surface lumineuse apparente de la galaxie d'Andromède est équivalente à 6 fois celle de la pleine Lune. De plus, la galaxie d'Andromède contient près de 400 milliards d'étoiles ; elle nous envoie un flux lumineux très important et détectable malgré la distance qui nous en sépare.

Combien de fois peut-on grossir avec un instrument astronomique du commerce ?

Premier principe : éviter tout revendeur qui met en avant le grossissement de l'instrument astronomique qu'il tente de vous vendre. De tels procédés montre que votre revendeur n'est pas plus pratiquant que vous.

Pour commencer, il est important de comprendre les effets du grossissement.

On devrait d'ailleurs employer le terme de "rapprochement". En effet, si votre optique donne un grossissement de 10x, c'est comme si vous divisiez la distance qui vous sépare du sujet que vous visez par 10 ! Celui-ci apparaîtra plus près et plus détaillé. Un sujet placé à 100 mètres grossi 10x donnerait un aspect comme si vous le voyiez à 10 mètres. Si vous le grossissiez 20x soit 2 fois plus que précédemment, c'est comme si vous le voyiez à 5 mètres.

L'autre effet du grossissement est une perte de luminosité du sujet. En grossissant ou en rapprochant un sujet 2 fois plus il apparaîtra 4 fois moins lumineux. En le grossissant 3 fois plus, il apparaîtra 9 fois moins lumineux, etc...

Que conclure de cela ? Si un astre possède un fort potentiel lumineux (Soleil, Lune, planète) nous pouvons nous permettre de le grossir fortement malgré la perte de luminosité engendrée par le grossissement. Par contre, un astre faiblement lumineux s'éteindra s'il est trop fortement grossi car son potentiel lumineux est faible.

Il se trouve que la plupart des objets faiblement lumineux sont extrêmement loin de nous. Il ne sert donc à rien de grossir fortement les objets célestes lointains car nous ne seront jamais suffisamment près pour les observer plus en détails. Par contre, les objets lumineux qui se trouvent près de nous (dans le système solaire) comme le Soleil, la Lune ou les planètes offrent un grand nombre de détails. Nous pourrons donc les grossir fortement dans les limites de ce que votre instrument permet d'atteindre.

Pour résumer : objet lumineux = fort grossissement possible ; objet faible = faible à moyen grossissement recommandé.

Pourquoi le grossissement fait-il perdre de la luminosité ?

Les photographes amateurs qui développaient eux-mêmes leurs clichés argentiques sous un agrandisseur connaissent bien ce phénomène. Le principe consistait à positionner le négatif dans l'agrandisseur pour en projeter l'image sur le papier-photo qui, une fois révélé, restituait une image en positif du cliché. Le photographe réglait la distance entre le négatif et le papier-photo de telle sorte que le cadrage corresponde exactement au format du papier-photo. Pour que l'exposition soit parfait, il devait laisser le papier exposé à la lumière de l'agrandisseur un certain temps. Quand le photographe souhaitait obtenir une photographie deux fois plus grande en surface, il devait éloigner le négatif deux fois plus du papier-photo. En revanche, le temps d'exposition du papier-photo sous l'agrandisseur devenait 4 fois plus long.

Pourquoi ? Dans notre exemple, la quantité de lumière envoyée par l'agrandisseur sur le papier-photo est toujours la même qu'en on soit proche ou plus éloigné. Dans le cas où l'on souhaite obtenir une image deux fois plus grande, il faut répartir la même quantité de lumière sur une surface deux fois plus grande. De ce fait, la densité de lumière sur une telle surface est 4 fois plus faible qu'avant.

Dans la nature, c'est la même chose. Un sujet deux fois plus loin renvoie quatre fois moins de lumière à l'observateur. Par exemple, depuis Jupiter, le Soleil paraît 25 fois mois lumineux que lorsqu'il est vu depuis la Terre car Jupiter est 5 fois plus loin de nous par rapport au Soleil.

Dans un instrument astronomique, l'étalement de la lumière est identique à ce qui ce passe sous l'agrandisseur de notre photographe. Si vous grossissez 100x au lieu de 50x vous recevrez dans votre rétine 4 fois moins de lumière.

Comment calcule-t-on le grossissement ?

Rappels : lorsque la lumière provenant d'un objet ou d'un astre frappe l'objectif de votre instrument, elle est concentrée en un point appelé "foyer de l'instrument".

  • La distance en millimètres mesurée entre l'objectif et le foyer de l'instrument s'appelle "la focale de l'instrument". Elle détermine la capacité de grossissement de l'instrument. Plus celle-ci est longue et plus l'instrument à la capacité de grossir. Par exemple, un instrument de 1 000 mm de focale grossira deux fois plus qu'un instrument de 500 mm de focale.
  • Pour observer l'image minuscule formée au foyer de l'instrument il faut utiliser un loupe. Cette loupe est composée d'un groupe de lentilles ; on appelle cette loupe "oculaire" car pour observer l'image, on place son œil derrière cette loupe. Comme tout système optique grossissant, l'oculaire possède, lui aussi, une focale mesurée en millimètres. Cette valeur est indiquée sur l'oculaire lui-même.

Calcul du grossissement : si l'on place un oculaire de 10 mm de focale au foyer d'un instrument de 1 000 mm de focale, le grossissement est de 1 000/10 = 100 fois. Si on place un oculaire de 10 mm de focale au foyer d'un instrument de 500 mm de focale, le grossissement est de 500/10 = 50 fois.

Le grossissement ne dépend donc pas uniquement de l'oculaire utilisé mais aussi de la puissance de l'instrument sur lequel on plus l'oculaire.

Comment gagner en potentiel de luminosité ?

Vous l'avez maintenant compris, plus on a de lumière et plus le potentiel de grossissement est important. Il faut donc collecter le plus de lumière possible pour espérer grossir plus et donc obtenir plus de détails.

Le paramètre principal d'un instrument astronomique est le diamètre de son objectif. L'objectif agît comme un collecteur de lumière ou un entonnoir à lumière. Plus l'entonnoir est large et plus il collecte de lumière. Plus il collecte de lumière plus il collecte d'information et donc de détails.

C'est le diamètre qui conditionne les possibilités de l'instrument.

Pourquoi a-t-on intérêt à privilégier le diamètre ?

Nous l'avons déjà évoqué plus haut. La raison est la recherche de détails.

Prenons les différents cas qui peuvent se présenter à nous :

- le cas des planètes : les planètes sont relativement proches de nous et peuvent nous fournir des détails intéressants. Toutefois, les planètes sont petites par rapport à la distance qui nous en sépare. Pour espérer visualiser ces détails, il faudra un diamètre important.

- le cas des objets lointains dits "objets du ciel profonds". Ces astres sont extrêmement éloignés de nous et, par conséquent, nous renvoient peu de lumière. Si nous souhaitons collecter un maximum d'informations en provenance de ces astres, il faudra recevoir le plus de lumière possible. Il faudra, là encore, un grand diamètre.

Ce n'est pas pour rien que les astronomes professionnels cherchent en permanence à construire des télescopes les plus grands possibles.

Le choix du débutant

Très souvent à tord, le débutant considère qu'en tant que tel un petit instrument suffit. Il prétexte la plupart du temps vouloir se faire une première idée de ce qu'est l'observation astronomique avant d'investir dans un plus gros matériel. Il pense qu'un matériel de petit diamètre et peu onéreux sera un achat peu risqué en attendant de voir si son intérêt pour l'astronomie va durer. Cela semble être un raisonnement logique. Cependant, un petit instrument risque de décevoir et de ne pas fournir le résultat escompté par le futur acquéreur. Un petit instrument ne donnera pas d'images spectaculaires, sauf sur la Lune peut-être, et a peu de chance de devenir le déclencheur d'une future passion. Derrière cette idée de choix d'un petit instrument, nous savons, tous autant que nous sommes, que le paramètre de décision n'est pas la dimension de l'instrument mais plutôt le coût de l'investissement. Nous ne disons pas qu'il est inutile d'investir dans l'achat d'un petit instrument ; nombre d'amateurs ont commencé avec un tel instrument. Nous cherchons simplement à prévenir de ce qui vous attend en misant d'abord sur le prix plutôt que sur le diamètre.

Les critères de choix d'un instrument

Avant d'acheter un instrument astronomique, essayez de répondre à ces quatre questions :

- Où vais-je utiliser le plus souvent mon instrument astronomique (ville ou campagne) ?

- Qu'est-ce que je veux faire avec mon instrumentation (observation, astrophotographie, les deux) ?

- Suis-je suffisamment motivé pour transporter un matériel lourd et encombrant ou est-ce que je recherche un instrument léger ou compact facile à transporter ?

- Quel prix suis-je prêt à mettre pour ne pas être déçu ?

Nos conseils

L'objectif des lignes qui suivent n'est pas de vous donner la solution miracle pour trouver l'instrument qu'il vous faut ; ce serait prétentieux de notre part. Rien ne vaudra un échange direct avec un conseiller spécialiste. Nous allons plutôt vous apporter les premières bases nécessaires à la compréhension de ce qu'un instrument astronomique vous permettra de faire selon les réponses aux questions précédentes auxquelles vous avez répondu.

Notre premier conseil est de suivre nos conseils, sinon à quoi servirions-nous ?

Sachez que chacun de nos conseillers étaient, eux aussi, des débutants à une époque. Que chaque erreur que vous ferez, nous les avons faites avant vous. Notre objectif est de vous apporter notre expérience afin de vous encourager à pratiquer l'astronomie sur le long terme sans vous décourager. Nos conseils, s'ils sont suivis, vous permettront de gagner un temps précieux.

Dans tous les cas, n'oubliez pas que le meilleur instrument pour vous sera celui que vous utiliserez le plus souvent. Ce ne sera donc pas forcément le plus gros ou le plus puissant des instruments mais celui que vous aurez plaisir à manipuler.

Nous allons tenter d'orienter votre choix en vous faisant grâce des termes trop techniques.

Vous remarquerez que parmi le parc d'instruments qui vous est proposé sur le marché, il y a des instruments plus courts et d'autres plus longs. Certains sont de diamètres petits et d'autres plus grands. Voyons pourquoi.

Si on établit un rapport entre la longueur de l'instrument et son diamètre, la valeur obtenue indiquera si le télescope ou la lunette est fait pour une observation du système solaire ou plutôt celle du ciel lointain. Nous avons déjà vu plus haut ce qu'est la focale d'un instrument. Cette valeur est toujours indiquée sur le tube optique. Une autre valeur indiquée est celle du diamètre. Quand on divise la "Focale" de l'instrument par son "Diamètre", on obtient le rapport F/D.

Une valeur de ce rapport inférieure à 6 indique que l'instrument est peu puissant mais très lumineux. Il est plutôt efficace pour l'observation des objets célestes peu lumineux.

Une valeur supérieur à 10 indique que l'instrument est très puissant mais peu lumineux. Il est plutôt efficace pour l'observation des objets de petites dimensions apparentes et détaillés comme la Lune, les planètes, les amas stellaires compacts, les nébuleuses planétaires, les étoiles doubles ou multiples.

Une valeur comprise entre 6 et 10 indique que l'instrument est polyvalent et qu'il peut répondre à la plupart des besoins de l'observateur.

Si vous êtes en ville pour la majorité de vos observations, orientez votre choix vers un instrument spécialisé dans l'observation des objets céleste visibles en sous la pollution lumineuse. On peut y voir notamment la Lune, les planètes et quelques étoiles brillantes. Votre choix ira naturellement vers un instrument dont le rapport F/D est supérieur ou égale à 10.

Le lien suivant vous amènera vers des exemples de choix d'instruments entrant dans cette catégorie.

http://www.maison-astronomie.com/255-telescopes-maksutov

Si vous êtes en ville pour observer mais que vous souhaitez vous déplacer votre instrument vers la campagne pour la qualité de son ciel, orientez votre choix vers un instrument polyvalent. Votre choix ira vers un instrument dont le rapport F/D est compris en 6 et 10.

Les liens suivants vous amèneront vers des exemples de choix d'instruments entrant dans cette catégorie.

http://www.maison-astronomie.com/257-telescopes-schmidt-cas

http://www.maison-astronomie.com/lunettes-achromatiques/2500--sky-watcher-70-700-azt-goto.html

http://www.maison-astronomie.com/telescopes-newton/2164-sky-watcher-130-900-eq2.html

http://www.maison-astronomie.com/initiation-adultes/386-sky-watcher-t24-90-900-eq2.html

Si vous êtes en campagne pour la majorité de vos observations, orientez votre choix vers un instrument spécialisé dans l'observation des objets célestes lointains. On peut y voir l'ensemble du ciel. Votre choix ira naturellement vers un instrument dont le rapport F/D est inférieur ou égale à 6.

Les liens suivants vous amèneront vers des exemples de choix d'instruments entrant dans cette catégorie.

http://www.maison-astronomie.com/73-telescopes-dobson

http://www.maison-astronomie.com/72-telescopes-newton

Parmi les instruments du marché, nous remarquons que les tubes optiques sont installés sur des trépieds dont l'aspect varie. En réalité ces trépieds sont composés de deux parties :

- Le trépied lui-même qui est en contact direct avec le sol.

- La monture qui est la partie située entre le trépied et le tube optique.

La monture est la partie mobile qui supporte le tube optique. C'est elle qui anime les mouvements du tube optique en direction du ciel. Son rôle est de permettre à l'observateur de poursuivre le déplacement des astres qu'il observe du fait de la rotation de la Terre.

On distingue deux types de montures principalement :

- La monture altazimutale qui permet de déplacer le tube optique sur deux mouvements verticaux et horizontaux.

- La monture équatoriale, elle, simule parfaitement le mouvement de rotation de la Terre sur son axe incliné. Ce sont ces montures qui possèdent un contrepoids permettant d'équilibrer le télescope autour de l'axe centrale de la monture.

Les montures équatoriales sont utiles pour pratiquer l'astrophotographie. Si vous n'avez pas l'intention de faire des images avec votre instrument, privilégiez l'achat d'une monture altazimutale qui sera plus simple à installer pour un débutant.

Au départ, l'acheteur est tout enthousiasmé à l'idée de pouvoir observer le ciel et découvrir les merveilles des espaces interplanétaires et interstellaires. Nous comprenons bien cela car nous aussi sommes passés par cette période d'euphorie. Toutefois, les lois de la physique et la position de la Terre dans la Galaxie, nous imposent quelques contraintes et notamment une de taille. Pour faire simple et pour rappeler un principe évoqué précédemment, plus on souhaite observer de détails et plus l'instrument doit être imposant. Cette contrainte entraîne avec elle l'encombrement et le poids de l'instrument. Pour l'observateur motivé à l'origine, un matériel imposant et encombrant peut freiner son enthousiasme au fil des séances d'observations sous le ciel étoilé et la froide atmosphère de la nuit. Avant de faire votre choix, essayez de vous projeter dans la situation où vous vous voyez en train de déplacer votre instrument en vue d'une soirée d'observation. Êtes-vous suffisamment motiver pour transporter un instrument lourd et imposant ou préférez-vous un instrument léger et compact facile à déplacer ? Rappelez-vous, le meilleur instrument est celui que vous aurez le plus de plaisir à utiliser. L'astronomie doit rester pour vous un loisir, un plaisir sans devenir une contrainte. Comme on dit, là où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir.

Le dernier paramètre qui orientera votre choix est celui du budget.

Trop souvent, le client ne pense pas qu'un instrument seul tel qu'il est proposé par les fabricants ne suffit pas à tirer tout le potentiel de son optique. Il y a plusieurs raisons à cela :

- Les fabricants proposent un minimum de grossissements à l'achat. Si l'observateur souhaite étendre sa gamme de grossissements, il devra intégrer cette option dans son budget.

- Les fabricants proposent un minimum de qualité optique au niveau des accessoires. Etant donné que le consommateur fait jouer en permanence la concurrence pour obtenir le plus bas prix (et pas forcément le meilleur), les fabricants tirent au maximum vers le bas les coûts de revient de leur matériel afin d'être le mieux placé. La conséquence directe est que cette façon de procéder se retourne au détriment du consommateur qui, au final, n'en a que pour son argent et rien de plus. Afin d'optimiser la performance de son instrumentation, le futur astronome amateur devra investir dans des accessoires de qualité afin de conserver la cohérence optique de son ensemble. A quoi bon posséder un objectif censé donner de bonnes images si les accessoires optiques qui l'accompagnent dégradent la qualité de l'ensemble ?

Si vous souhaitez tirer le meilleur parti de votre instrument, il vous faudra faire évoluer la gamme d'accessoires en misant plus sur la qualité que sur le prix. A ce moment là, encore, l'expérience et le conseil de votre spécialiste vous sera précieuse.

Instrument manuel ou instrument à recherche automatique ?

Deux catégories de matériel s'affrontent sur le marché de l'Astronomie d'amateur :

  • Les instruments entièrement manuels
  • Les instruments à recherche assistée

Jusqu'à la fin des années 1990, les instruments dotés de montures manuelles dominaient encore le marché. De nos jours, la plupart des instrumentations possèdent des montures dotées d'une recherche assistée des objets célestes.

Pourquoi une telle évolution ?

L'évolution technologique par l'arrivée de l'informatique de plus en plus présente dans notre vie quotidienne s'est également imposée dans le monde de l'Astronomie. A ceci, il faut ajouter le fait que l'usage d'un télescope demande une connaissance du ciel en amont afin d'être performant dans l'observation des astres. En effet, il est extrêmement fréquent d'observer des abandons de l'Astronomie face à la difficulté rencontrée lorsqu'on ignore tout du ciel. L'arrivée de l'informatique a révolutionné l'astronomie amateur par la simplicité d'usage qu'elle apporte au débutant. L'intérêt d'un instrument doté d'une monture électronique est que ce dernier "connaît" le ciel ! Il vous suffira de lui indiquer ce que vous souhaitez voir et l'instrument vous montrera l'objet céleste désiré après quelques petits paramétrages spatio-temporels.

Depuis quelques années, les fabricants ont associé l'électronique à de nouveau matériaux légers et rigides. La conséquence directe de cette évolution est l'allégement du poids et la diminution de la dimension des montures. De ce fait, nous pouvons, à présent, proposer des instruments performants, légers et faciles à transporter.

Au fil des années, les accessoires ont également évolués. Nous pouvons, grâce à de nouvelles interfaces, piloter un instrument en le raccordant à un ordinateur. Mieux encore, certaines applications permettent de piloter l'instrument en WIFI mais il vous faudra tout de même rester à côté de votre télescope pour observer à l'oculaire !

L'informatique au secours de l'astrophotographe amateur

Pour qui s'est déjà adonné à cette discipline, l'astrophotographie exige de la part de la monture une précision de suivi sans faille. Cette difficulté peut s'avérer être un véritable casse-tête pour l'astrophotographe. Les fonctions nouvelles de guidage, grâce à l'arrivée des caméras CCD à la fin des années 1990, permettent à l'astronome amateur d'obtenir des résultats saisissants en matière d'astrophotographie.

En résumé

Si vous avez moins de 11-12 ans, orientez votre choix vers une lunette manuelle d'initiation avec une monture alt-azimutale.

Si vous avez un budget inférieur à 250 €, orientez votre choix vers un instrument manuel alt-azimutal ou équatorial (petit télescope de Newton ou lunette astronomique).

Si vous êtes en campagne, orientez votre choix vers un télescope de Newton ou une lunette lumineuse sur monture manuelle ouélectronique.

Si vous êtes en ville, privilégiez les instruments puissants comme une lunette de longue focale ou un télescope de Maksutov ou Schmidt-Cassegrain.

Si vous êtes en campagne et que vous ne souhaitez pas faire de photographie, privilégiez les instruments de grands diamètres en fonction de votre budget (télescopes de Dobson).

Si vous recherchez un instrument polyvalent munie d'une belle optique, orientez votre choix vers un télescope de Schmidt-Cassegrain.

Si vous souhaitez évoluer vers l'Astrophotographie planétaire, un instrument de longue focale comme le Schmidt-Cassegrain ou le Maksutov est à privilégier.

Si vous souhaitez évoluer vers l'Astrophotographie du ciel lointain, un instrument sur monture équatoriale est nécessaire.

Rappelez-vous, le diamètre est plus important que le grossissement (fuyez les revendeurs qui vous vendent du grossissement).

N'hésitez pas à équiper votre instrument en accessoires de qualité.

Vous hésitez sur le choix à faire ? Consultez les spécialistes plutôt que les forums sur internet et écoutez leur conseils.

Posez-nous toutes les questions qui vous sembleront nécessaires.

Rappelez-vous qu'en tant que passionnés d'Astronomie, nous serons toujours à votre écoute.

Bon ciel à tous !

Publié dans Conseils

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article